Bastia, Capitale Européenne de la culture

La Ville de Bastia s’est officiellement portée candidate en octobre 2021 au label de Capitale Européenne de la Culture pour l’année 2028 avec la volonté d’étendre cette candidature à tout le territoire corse : ainsi est née Bastia-Corsica 2028.

Elle a amorcé la première étape du processus de constitution de son dossier de candidature qui devra être remis le 1er décembre 2022, pour une présélection au premier semestre 2023 et une décision finale par un comité d’experts européen qui sera rendue publique fin 2023, désignant les deux villes lauréates : une en France et une en République Tchèque. Cette démarche revêt une dimension stratégique pour la Corse toute entière.

Un élan majeur s’est créé autour de la candidature, qui s’inscrit dans une volonté politique forte des élus de la Ville de Bastia et de la Communauté d’agglomération de Bastia, de la Collectivité de Corse ainsi que l’Université de Corse, en lien avec les partenaires culturels, sociaux, économiques et environnementaux.
Il s’agit alors de porter, tutti inseme, un projet global de développement où l’art et la culture tiennent une place centrale pour leurs vertus éducative et de ciment social, d’ouverture au monde et d’attractivité économique. Pour la ville et pour la Corse c’est une occasion unique de se présenter au monde et de mettre en lumière les spécificités insulaires et européennes.

Une culture universelle

Les îles sont perçues par les continentaux comme des colonies naturelles, qui n’attendent que d’être soumises, y compris culturellement.
La Corse, avec cette candidature, s’émancipe de ses cartes postales et propose une vision culturelle unique.

Quand Bastia devient capitale européenne tout est culture.
L’île tel un vaisseau pirate immobile diffuse sa propre vision de la culture,
son interprétation du patrimoine, du folklore et de la Méditerranée dans son ensemble. Au travers de cette ville c’est une langue et des peuples qui rayonnent sur l’Europe entière. Au travers de cette île ce sont toutes les îles d’Europe qui s’expriment.

La Corse, avec cette candidature, s’émancipe de ses cartes postales et propose une vision culturelle unique.

Les piliers
stratégiques

Transmettre la culture

En choisissant de rénover et d’adapter des lieux existants, Bastia fait un choix moderne. Notre MUCEM sera digital et ira à la rencontre de toutes les populations. Pas un lieu physique, mais des contenus audio et vidéo disponibles 24/24, 7/7 et surtout gratuit.
Les médias digitaux au travers des contenus audio et vidéo sont une nouvelle forme de transmission orale. Un outil moderne pour diffuser la culture et impliquer le grand public dans cette candidature.

Un bateau immobile

En 1964 le producteur Irlandais Ronan O'Rahilly voit ses artistes systématiquement refusés par les radios Anglaises. Il décide donc d’acheter un vieux ferry et diffuse sa propre radio depuis les eaux internationales.
Diffuser la culture depuis notre bateau immobile. Un espace de liberté pour montrer ce qu’on ne voit pas, ce qu’on ne diffuse pas. Un laboratoire flottant, indépendant et créatif pour accueillir les talents du monde entier et rayonner sur l’Europe. Une vision de la culture, de l’art et de l’ouverture au niveau Européen.

Une culture populaire

Quand Jacques Tati arrive à Bastia en 1978 pour filmer la ferveur populaire qui anime la ville à la veille de la finale de coupe UEFA, il ne fait pas un documentaire sportif. Il filme un peuple qui peut tout transformer en objet culturel.
Bastia et la Corse comme avant-garde de la culture populaire. Ici tout devient culturel et tout prend vie au travers des artistes et des événements. À nouveau la Corse se réapproprie sa culture et son territoire grâce à son ouverture au monde et surtout à l’Europe.

L’Europe au travers de la Corse

Culture europénne

La Corse a toujours créé des ponts avec le continent Européen. Notamment au travers d’échanges culturels avec des territoires proches et parfois très éloignés. Il reste encore beaucoup de choses à imaginer et souvent juste en face de notre île. Capraia, Elba ou encore Gênes sont juste là.
Le chanteur Génois Fabrizio De André avait mis la langue Ligure à l’honneur dans son album « Creuzä de ma ». Un album oublié aux accents culturels Corses. Cette candidature est l’occasion de tisser des liens forts avec l’Europe et nos voisins proches comme éloignés.